L’imagination est plus importante que le savoir
 

être ou ne pas être
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Beacon Hills :: Le Centre-Ville :: Commerces :: Shakespeare Lab
MessageSujet: être ou ne pas être Mer 4 Oct - 7:15
Derek avait un petit vice, si l’on pouvait appeler cela ainsi, dès qu’il passait devant une librairie, il ressentait le besoin d’y entrer. Son odorat particulièrement sensible adorait l’odeur du papier, neuf ou vieux. Il adorait chiner et découvrir des livres anciens. Hélas, pour le moment, ses finances ne lui permettraient que quelque ouvrage récent ou alors d’occasion.

Cette boutique vieillotte et british l’attirait plus que jamais. Il aimait le style qu’elle offrait à la vue du passant lambda. De l’extérieur déjà, elle était un appel au voyage et à l’évasion. Derek n’y avait pas remis les pieds depuis son retour à Beacon Hills faute de temps. De nombreuses activités avaient jusque-là occupées ses journées et une partie de ses nuits. Il poussa la porte d’un mouvement volontaire mais tout de même précautionneux étant donné l’âge du bâtiment. Aussitôt l’effluve caractéristique de ce genre de lieu lui caressa agréablement les narines. Tout son corps se détendit et Derek se laissa même aller à un micro sourire de bonheur. Il s’avançait vers les rayonnages lorsque son regard se posa sur le vendeur derrière son comptoir. Pas humain, fut sa première pensée. Afin d’en savoir davantage il déchiffra le badge accroché sur sa poitrine : Théo.

Le loup l’observa un instant sans rien dire, suspicieux. Un Théo pas tout à fait humain ne pouvait être que le Théo de Stiles. Il avait très peu entendu parler du jeune, juste son nom une fois ou deux. Cela ne pouvait être que lui, pour ce qu’il en savait aucune créature surnaturelle ne se baladait en ville. Aucune que la meute de Scott ne connut pas, en tout cas si elle était là avec de bonnes intentions. Là, à l’instant on ne pouvait pas dire qu’il ressemblait à un ennemi, mais il était dans le bon lieu pour se souvenir qu’on ne juge pas un livre à sa couverture.

— Bonjour, murmura le loup dans un ton si bas qu’il ressemblait presque à un grognement.

La confiance était une denrée rare, Derek ne l’accordait qu’à très peu de gens. Pourtant il se souvint que Stiles lui avait fait suffisamment confiance pour lui parler de sa maladie. Pourquoi ce type ? Pourquoi pas Scott ou Lydia ? Cela avait-il une signification ?

Deux personnes seulement se trouvaient dans la boutique, deux jeunes filles. Avec un sourire plus franc cette fois, l’ancien alpha constata au regard par en dessous qu’elles jetaient sur le jeune homme qu’elles étaient plus là pour le libraire que pour les livres. Cela dit, il pouvait les comprendre, il n’était pas dégueulasse à regarder.
Derek s’approcha jusqu’au rayon qui l’intéressait aujourd’hui, les romans policiers. Il les parcourut constatant qu’il y en avait un certain nombre intéressant. Il en sélectionna un de Donna Leon, l’idée d’une enquête à Venise ne lui déplaisait pas. C’était probablement le dernier et on ne le trouvait qu’en broché, donc un peu cher. S’il en voulait d’autres il fallait composer. Il se tourna donc vers « Théo ».

— Excusez-moi, vous vendez des livres d’occasion ?  Policiers surtout.

C’était une bonne idée d’engager la conversation, il préférait connaître autant que faire se peut les créatures surnaturelles qui se baladaient à Beacon Hills. Ne disait-on pas qu’un homme averti en vaut deux ? C’était encore plus vrai pour les loups-garous. Il est toujours bon de discuter avec un ennemi potentiel. Après tout, ce n’était pas parce que Stiles lui faisait confiance qu’il était vraiment digne de cette confiance, même si le jugement du jeune homme en ce qui concernait les autres se révélait souvent juste.

C'est de la confiance que naît la trahison.


avatar

Wolfie
Âge du Personnage:
Métier:
Race: Loup-garou - Bêta
Bêta
Bêta
Voir le profil de l'utilisateur http://alessiadanetpaulastefan.blogspot.fr/2016/09/bonjour.html
Messages : 162
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: être ou ne pas être Jeu 5 Oct - 0:46
ft. ...
Ʃkaemp はは ™️

C'était une belle journée, son patron était venu le trouver pour lui demander de venir travailler cet après midi là. Une aubaine qui lui donnerait l'occasion de se changer les idées et ne pas dépérir chez lui, et qui lui permettrait d'ajouter quelques billets à ses maigres économies. Il avait eu la bonne surprise de pouvoir aider quelques livres à se dégoter de nouveaux propriétaires en début d'après midi, puis la boutique c'était considérablement vidée, ne lui laissant que deux jeunes filles qui avait le don de le rendre mal à l'aise. Il sentait parfaitement que celles-ci l'observaient à la dérobée, gloussant légèrement par moment, faisant courir un frisson désagréable le long de sa colonne vertébrale. Il ne laissait rien paraître, canalisant ses pensées vers Jackson pour tenter d'occulter le fait que sa tête et son cœur lui hurlaient de leur demander d’arrêter ce petit manège. Il ne pouvait pas se permettre de se laisser aller sur son lieu de travail, car les quelques heures hebdomadaires qu'il passait en cet endroit chaque semaine étaient la seule chose qui lui permettait de ne pas avoir à aller vivre dans les bois.

Il releva les yeux du document sur lequel il tentait de vaillamment rester concentré pour s'occuper l'esprit quand la porte de la boutique s'ouvrit, faisant tinter la clochette qui se trouvait en haut de celle-ci.  Alors qu'il captait le regard du nouvel arrivant sur lui, il grimaça en reconnaissant cette odeur si caractéristique qu'il s'efforçait de fuir ses derniers temps. Il ne savait pas qui était cet homme mais en tout cas, il connaissait sa nature. Il l'observa, cherchant dans son esprit qui pouvait bien être ce loup qu'il n'avait jamais rencontré jusqu'à maintenant.

Grand, enfin plus qu'il ne l'était lui même, brun avec cette barbe qui lui mangeait doucement le bas du visage. Environ vingt-cinq ans peut être plus... Ce ne fut que lorsque le nouvel arrivant le salua qu'il pensa à ce loup qui avait quitté la ville avant son arrivée. Il avait entendu Stiles en parler à plusieurs reprises. Venec ou Derek... Venec si ses souvenirs étaient exacts.

Bref, un type qui connaissait la meute. Donc de probables ennuis en perspective.

Il laissa toutefois un sourire apparaître sur ses lèvres, un peu forcé mais tout à fait convainquant. Avant de lui répondre à son tour, observant l'homme partir sans attendre dans les rayonnages de la petite boutique.

-Bonjour monsieur.

Il se remit à travailler, levant les yeux par moment, juste assez pour voir que l'homme c'était stoppé en face des romans policiers, et qu'il semblait intéressé par ce qu'il avait sous les yeux. Peut-être qu'il n'avait paniqué pour rien et que le loup ne serait rien d'autre qu'un client lambda dans sa journée. Il se détendit légèrement, avant de sursauter un peu en entendant l'homme s'adresser à lui, le regardant un livre à la main. Il avait peut être pensé être tiré d'affaire trop rapidement en fin de compte. Il reposa les documents qu'il tenait en main avant de se dégager de derrière son comptoir, avançant vers l'homme d'un pas qu'il voulait assuré.

-J'ai ça en stock, j'ai même rangé de nouveaux arrivages en prenant mon poste.

Il passa à côté du loup, le dépassant pour arriver face à une grande étagère située qui commençait à ployer sous le poids des ouvrages qu'elle soutenait. Il chercha quelques titres de livres avant de sa stopper devant un de ceux qui lui avait tapé dans l’œil quand il les avait installé. Il l'avait lu il y a quelques semaines et et l'avait classé dans la liste de ses livres favoris.

-J'ai de grands classiques. Pas mal de Higgins Clark ou de Clark tout simplement. En général les gens les ouvrent une fois puis n'y touchent plus quand ils connaissent le nom de l'assassin. Mais j'aime beaucoup celui-ci.

Il montra «  Recherche jeune femme aimant danser  » du bout des doigts, avant de faire glisser sa main un peu plus loin et sortir un exemplaire de «  Septembre noir  » de son emplacement pour finalement le retourner et observer sa couverture.

-J'ai aussi celui-ci. Très récent, je ne sais pas pourquoi la personne à voulu s'en débarrasser aussi vite. Inger Wolf débute mais elle ne demande qu'à convaincre.

C'était une façon très peu subtile de faire comprendre à son client qu'il savait ce qu'il était. Mais ce Venek avait aussi l'air du type qui cherchait un bon bouquin, et il savait que ce qu'il venait de lui proposer pourrait lui plaire.



T'as le temps d'en sauver au moins un

   (c) crackle bones
avatar

Wolfie
Âge du Personnage: 18
Métier: Libraire à mi-temps et psychopathe (ex bien sur) en cours d'intégration à la société
Race: Chimère - Loup-garou/Coyote-garou
Chimère
Chimère
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 185
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: être ou ne pas être Sam 7 Oct - 10:31
Inger Wolf… C’était assez subtile de la part de ce jeune homme pour lui faire comprendre qu’il connaissait sa nature. Derek plongea son regard, qu’il savait acéré lorsqu’il s’en donnait la peine, dans celui de son vis-à-vis. Il tentait de lire au-delà des prunelles océanes qui lui faisait face sans baisser les yeux. On y décelait du courage, de la volonté et surtout de la fierté. Ce n’était pas le genre de loup à filer la queue entre les jambes sans se battre. En même temps, il dégageait quelque chose de plus sournois… Derek avait du mal à le cerner. Il préféra jouer la carte de l'ignorance. Un faux "Tu ne sais pas ce que je suis et je ne sait pas ce que tu es". Le poker n'était pas son passe temps favori, mais il connaissait. Surtout l'impassibilité affichée quant à votre jeu.

— Surtout pas Higgings Clark ! Je déteste. Celui-ci par contre…

Il saisit dans un geste fluide et délicat « Septembre noir » et s’attarda un moment sur la couverture avant de s’intéresser au résumé. Ce roman-ci semblait être un choix judicieux en plus du message sous-entendu qu’il véhiculait.

— Une enquête au Danemark. Je le prends.

Derek appréciait énormément les romans policiers dont l’intrigue se développait en dehors des Etats-Unis. Peut-être une autre forme de son besoin absolu de liberté… Un psy aurait pu s’en donner à cœur joie en fouillant son âme, il en serait sans doute mort de trouille aussi cela dit. Le loup s’était toujours promis qu’un jour il irait en Europe, voir ce vieux continent aux milles paysages et aux milles senteurs. Souvent, il se demandait pourquoi il ne l’avait pas encore fait d’ailleurs. Ce n’était pas une nouvelle lubie, elle lui trottait dans la tête depuis de nombreuses années, depuis sa vie à New-York avec Laura. Mais les événements s’étaient enchaînaient si vite. Ces dernières années avaient défilé comme un bolide de formule 1. A part sa virée après la Iglésia, il n’avait pas même eu le temps de penser à lui. Bon en toute honnêteté, à son retour à Beacon Hills seul la vengeance avait eu droit de cité dans son esprit, son désir de devenir l’alpha l’avait obsédé, aveuglé même. Il s’était oublié dans des illusions. Puis plus tard s'était investi dans les divers combats qu’il avait fallu mener. Mais aujourd’hui, les choses étaient différentes. Personne ne les menaçait. De toute façon même si cela se produisait il comptait bien se tenir à l’écart autant que faire se peut. Pour l’instant, le seul combat qu’il souhaitait mener c’était celui qui leur permettrait de sauver Stiles. L'europe pouvait bien attendre encore un peu. Peut-être qu'il ne soit plus seule pour la visiter... Il chassa rapidement cette pensée importune de son esprit, il avait d'autres chats à fouetter pour le moment.

Il n’était pas dans cette boutique par hasard. A sa connaissance, elle était l’une des plus vieille et des plus fournie de la ville, et proposait certainement des livres anciens que l’on ne trouvait qu’ici.

— Je voudrais que vous cherchiez certains ouvrages pour moi, si c’est possible. Je suppose que votre librairie à l’habitude de ce genre de travail. Que vous avez un « réseau » ?

Il ne lui restait certes pas beaucoup d’argent à claquer, mais s’il y avait une bonne raison de dépenser ce qui lui restait de sa fortune, c’était bien celle-ci.

— Je cherche des ouvrages de sorcellerie. La magie sous toutes ses formes. Des vrais, si vous voyez ce que je veux dire, pas de pseudo grimoires. Tout ce qui se rapporte à la maladie. Dès que vous en trouvez un, s’il vous parait sérieux, vous le prenez. Ne regardez pas à la dépense.

Il se débrouillerait. Au pire il irait mendier chez son oncle, quitte à s’humilier. La vie de Stiles valait au moins ça ! Et puis, quelque chose lui disait que Peter ne serait pas contre aider lui aussi l’hyper actif. D’ailleurs, il irait le voir pour en discuter avec lui.

Il observa le jeune vendeur avec attention, attendant une réponse de sa part. Elle lui permettrait de voir, si pour cela au moins, il était digne de confiance. Mais Derek sentait que oui. Cet homme connaissait le surnaturel et il semblait érudit.

C'est de la confiance que naît la trahison.


avatar

Wolfie
Âge du Personnage:
Métier:
Race: Loup-garou - Bêta
Bêta
Bêta
Voir le profil de l'utilisateur http://alessiadanetpaulastefan.blogspot.fr/2016/09/bonjour.html
Messages : 162
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: être ou ne pas être Lun 9 Oct - 14:49
Il était resté impassible lorsque Venec avait ancré son regard au sien.  Retenant difficilement un sourire moqueur tant l'envie de demander à ce type s'il avait envie de tester des laxatifs pour se détendre lui avait déjà traversé l'esprit. Il attendit juste que son client se lasse avant de rire légèrement en entendant sa réaction face à sa première proposition de lecture. Au moins ce mec ne choisissait pas ses livres en fonction de la célébrité des auteurs. Un bon point, il en fallait bien au moins un. Par contre il ne put s’empêcher de sourire en voyant le loup lui retirer le livre des mains avec des gestes précautionneux mais agiles pour en lire la quatrième de couverture. Il devait avoir tapé dans le mille, chose qui lui fut très vite confirmée par Venec. Il avait au moins réussi à aider cet homme, il était aussi quasiment sûr que son petit clin d’œil avait été remarqué, mais que son client avait juste eu l'intelligence de ne rien montrer. Cet homme semblait plutôt bien se contrôler, une bonne nouvelle en soi. Cela expliquait sans doute en partie le fait que Stilinski fils semble le porter aussi haut dans son estime.

Il laissa son regard voyager à travers le meuble qui était face à lui, cherchant un autre livre susceptible de convenir à l'amateur de polar, passant parfois sa main sur la tranche d'un bouquin, n'osant pas trop le sortir de son emplacement de peur que trop de manipulation le fragilise. Il y avait certes un grand nombres de livres neufs dans cette petite boutique, mais elle renfermait également de véritables antiquités, dont certaines étaient vendues parmi les livres d'occasion, cherchant un connaisseur qui pourrait venir y trouver une petite perle rare. Il se demandait quel serait le prochain livre qu'il tenterait de mendier à son patron qui lui permettait d'en prendre un gratuitement de temps en temps, quand il fut coupé dans sa rêverie par la voix de son client. Il se détourna des livres pour donner toute son attention à Venec.

-Je pense que vous devriez en parler à mon patron Monsieur Lawrence. Je n'ai pas vraiment le droit de prendre ce genre de décision. Je suis ici moins de dix heures par semaines, pas assez pour m'occuper de ça. Enfin je crois...

Et il fallait bien avouer que ça l'arrangeait pleinement, s'il pouvait au maximum éviter de se frotter à des personnes en lien avec la meute, il le faisait. Il voulait repartir de zéro, et la maladie de Stiles ainsi que la coïncidence qui avait fait qu'il l'avait découvert l'empêchait déjà bien assez de le faire. Il ne pouvait pas laisser son ancien ami mourir comme ça, sans réagir. Alors qu'il aurait été capable de regarder Scott se faire égorger sous ses yeux sans ciller.

C'est en écoutant Venec qu'il comprit là ou il voulait en venir. Il voulait sauver Stiles, tout comme lui. Et il savait que le contenu de la librairie ou il travaillait ne pouvait pas les aider, il avait passé suffisamment de temps à faire des recherches avec ce qu'il avait à sa disposition pour le savoir. Et ils n'avait pas lui même les moyens d'aller chercher de la documentation dans d'autres lieux. Il n'avait pas la possibilité d'aller débourser de l'argent pour acheter les livres qui pourraient le renseigner, tout comme il n'avait pas accès à un ordinateur pour aller faire ses recherches en ligne. Par contre il avait remarqué qu'une boutique devrait s'ouvrir dans les jours a venir, et que celle-ci aurait sans doute en stock de quoi l'aider dans ses recherches jusqu'ici infructueuses. Une nouvelle solution s'offrait peut être à lui, enfin à eux pour sauver son ami. Si Scott, était trop occupé à se morfondre à l'idée de perdre son ami refusait de le mordre, lui il continuerait à chercher. Quitte à devoir forcer l'Alpha à mordre le fils du shérif si cette nouvelle piste s'avérait décevante. Il ne connaissait pas de soucis qui ne pouvaient se régler avec un peu d'aconit et quelques chaines.

Il leva les yeux vers le loup, prenant une décision qui allait peut être le mettre dans l'embarras, mais qu'il jugeait utile.

-Je sais pour qui vous faites ça. Je vous aiderais. Je lui ai promis de le sauver.

Il fit abstraction de cette boule qu'il sentait monter dans son ventre, reprenant contenance, voulant juste éviter de continuer à parler de ce sujet avant de se détourner pour faire face à l'étagère la plus proche.

-Vous auriez voulu autre chose ?

Après tout il était ici pour travailler, et ne voulait pas se retrouver à faire ami-ami avec cet homme qui, il devait bien l'avouer l’impressionnait un peu.


T'as le temps d'en sauver au moins un

   (c) crackle bones
avatar

Wolfie
Âge du Personnage: 18
Métier: Libraire à mi-temps et psychopathe (ex bien sur) en cours d'intégration à la société
Race: Chimère - Loup-garou/Coyote-garou
Chimère
Chimère
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 185
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: être ou ne pas être Sam 21 Oct - 14:36


Derek pour qui la patience n’était pas une vertu s’agaça de la réponse de Théo. Il n’avait aucune envie de passer par un vendeur lambda, fusse-t-il le patron, alors qu’il pouvait avoir un être surnaturel qui saurait exactement où et quoi chercher. Il balaya l’idée du jeune homme d’un geste vif de la main qui démontrait son peu d’enthousiasme à cette idée. Il allait lui répondre de manière assez sèche, mais l’autre loup ne lui en laissa pas le temps, le surprenant une fois encore en admettant vouloir aider Stiles. C’était donc le « bon » Théo. Il ne pouvait qu’être reconnaissant de l’aide qu’il souhaitait lui aussi apporter à l’hyperactif. Il hocha la tête de contentement. Quelque part, il était heureux de savoir que quelqu’un, même un étranger, avait un désir semblable au sien de sauver Stiles. Comme le jeune homme n’en avait parler à personne et ne souhaitait pas tellement le faire, il se sentait un peu seul sur ce coup. Et il savait qu’un combat à plus de chance d’être gagné à plusieurs. Il l’avait toujours su, c’est ce qui l’avait porté vers Scott au début. Qu’est-ce qu’il pourrait bien penser de tout ça, celui-là ? Il pouvait être aussi efficace que bras cassé selon les circonstances. La force de Scott était curieusement la même que sa faiblesse : le sentimentalisme.
 
— Et comment vous vous y êtes pris jusqu’ici ? Il n’est sans doute pas utile que je fasse des démarches que vous avez déjà faites et qui n’ont rien données. Je peux disposer d’argent mais pas plus de temps que cette saloperie de maladie n’en accordera. Donc on va éviter les doublons.

Il regarda autour de lui pour s’assurer que personne ne se tenait trop proche d’eux.

— Si vous avez besoin de l’accord de votre patron pour pouvoir faire vos recherches pour moi, appelez-le à l’instant. Expliquez-lui que je veux que vous le fassiez dès maintenant et que je déteste attendre ou être contredit. Qu’il ne serait pas bon pour sa santé que je doive attendre !

D’accord il avait évolué mais pas au point d’oublier que les menaces permettaient souvent de faire avancer les choses plus rapidement. Enfin sauf avec Stiles. Il ébaucha un sourire nostalgique en se souvenant que ce petit con l’avait quand même fait arrêter lors de leurs premières rencontres. Un petit futé mais un sacré emmerdeur. Et pourtant, cet emmerdeur là, il était prêt à n’importe quoi pour le garder en vie. Même à tuer s’il le fallait. Derek n’était pas une créature qui accordait facilement son amitié ou son amour, mais lorsque que c’était chose faite, il se sentait de taille à déplacer des montagnes et à marcher sur des braises pour ceux qu’il aimait. Certain dirait qu’il n’avait aucun mérite à se brûler la plante des pieds parce qu’il guérissait, mais putain ça faisait quand même mal, qu’ils essaient !

Il haussa ses sourcils dans l’attente d’une réponse qu’il espérait positive. Mais il n’avait qu’à regarder cet individu pour savoir qu’il était du genre à vous contredire juste pour le fun, parce que c’était dans sa nature. Obéirait-il à celle-ci ou à son désir d’aider Stiles ?  

C'est de la confiance que naît la trahison.


avatar

Wolfie
Âge du Personnage:
Métier:
Race: Loup-garou - Bêta
Bêta
Bêta
Voir le profil de l'utilisateur http://alessiadanetpaulastefan.blogspot.fr/2016/09/bonjour.html
Messages : 162
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: être ou ne pas être
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
être ou ne pas être
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Teen Wolf's Revenge :: Beacon Hills :: Le Centre-Ville :: Commerces :: Shakespeare Lab-
Sauter vers: